GVC 14-18

Le service de la garde des voies de communication en France pendant la Première Guerre mondiale

Tenues des GVC à la mobilisation, août 1914

Dans les régions désignées par le Ministre, notamment dans la zone exposée aux incursions de l'ennemi, les hommes sont habillés
à l'uniforme de l'infanterie.

    Cet extrait de l'article 10 de l'instruction générale de 1910 sur le service de garde des voies de communications1 nous précise que seuls les gardes des voies de communication (GVC) en poste dans certaines régions, désignées par le Ministre, revêtent à la mobilisation l'uniforme de l'infanterie.

    L'annexe 2 de cette instruction générale précise en détail en quoi consiste cet uniforme pour les GVC, et de quoi est faite la tenue des GVC dans les autres régions.

    En revanche je n'ai à ce jour trouvé aucune trace de cette liste des régions désignées par le Ministre (de la Guerre) : ni cette liste en vigueur à la mobilisation d'août 1914, ni aucune autre liste en vigueur à une quelconque autre date.

    Cet article a donc pour but, en l'absence de cette liste, de dresser, à partir des diverses autres sources disponibles, la carte par région, des tenues prévues pour les GVC, au moment de la mobilisation d'août 1914.

Les tenues dans les textes

d'après l'annexe 2 de l'instruction générale de 1910 :


Dans les régions désignées par le Ministre.                                                                                     
Sous-officiers, caporaux et soldats :

1 képi
1 capote
1 pantalon
1 cravate
1 brassard

Les capotes des sous-officiers et des caporaux sont munies de galons de grade, les képis de sous-officiers pourvus de fausse jugulaire en or.

Les adjudants et sergent-majors reçoivent les mêmes effets que les autres sous-officiers, les galons seuls diffèrent.


Dans les autres régions.
Sous-officiers :

Mêmes effets que ci-dessus.


Caporaux et soldats :

1 képi
1 bourgeron de toile
1 pantalon de treillis
1 brassard

Les bourgerons des caporaux sont pourvus des galons de grade.


Dans toutes les régions, ARMEMENT, EQUIPEMENT, PAQUET INDIVIDUEL DE PANSEMENT :

Adjudants et sergents-majors :

1 revolver, modèle 1873.
1 sabre d'adjudant, modèle 1845.
12 cartouches de revolver, modèle 1873.
1 ceinturon complet de sergent-major de troupes à pied.
1 dragonne de sergent-majors.
1 étui de revolver avec courroie.
Même armement et équipement pour les sergents lorsque ceux-ci sont exceptionnellement et momentanément chefs de groupe ou de section.

Restant du personnel. :

1 fusil modèle 1874 avec épée baïonnette.
20 cartouches modèle 1879-83 dont 2 cartouches libres et 18 en paquets.

1 ceinturon d'infanterie avec porte-sabre.
1 cartouchière.
1 bretelle de fusil.

1 paquet individuel de pansement par officier ou homme de troupe.

     Il est à noter que dans toutes les régions, même celles exposées aux incursions de l'ennemi, tous les GVC reçoivent le même armement et équipement, avec notamment pour tous un antique fusil Gras (modèle 1874), seulement 20 cartouches et une seule cartouchière.

     L'instruction générale du service de garde des voies de communication, consacre également un chapitre aux dispositions spéciales à la garde des points importants du littoral (TITRE III Chapitre IV), les hommes affectés à ce service portent une tenue décrite en détail par l'annexe 4 de cette même instruction :
Effets d'habillement, d'équipement et d'armement délivrés dans toutes les régions côtières aux hommes affectés à la garde des points importants du littoral :

I. __ HABILLEMENT ET EQUIPEMENT.
Tout le personnel est habillé à l'uniforme d'infanterie dans les mêmes conditions que les hommes du service de garde des voies de communication appartenant aux régions désignées par le Ministre. Il reçoit des cartouchières ou poches à cartouches de modèles anciens à raison de deux pour les sous-officiers et de trois pour les caporaux et soldats.
Le brassard qu'il reçoit est du modèle indiqué à l'annexe 5 sur lequel sont portés les mêmes inscriptions, c'est à dire les initiales G. C., le numéro de l'homme et celui (ou lettre indicatrice) du poste auquel il appartient.

II. ARMEMENT.
Mêmes armes que celles indiquées à l'Annexe 2.
Les munitions pour fusils, modèle 1874 sont toutefois distribuées à raison de :
36 cartouches modèle 1879-83 par sous-officier armé du fusil ;
78 cartouches par caporal ou soldat.

PAQUET INDIVIDUEL DE PANSEMENT.
Un paquet individuel de pansement par officier ou homme de troupe.


     Ces gardes des points importants du littoral, portent donc, dans toutes les régions littorales, les mêmes uniformes et armements que les GVC positionnés dans les régions désignées par le Ministre, ils portent également les mêmes types de brassards que les GVC. Seule leur dotation en munition diffère : 78 cartouches au lieu de 20, et trois cartouchières au lieu d'une seule (les trois cartouchières fixées au ceinturon se portent à raison de deux devant et une dans le dos).



Tentative de reconstruction de la carte des tenues des GVC à la mobilisation générale selon les régions

    A défaut de la liste ministérielle des tenues selon les régions, il a fallu reconstruire cette carte provisoire, en examinant d'autres sources :
  • archives militaires : les plans détaillés du service des GVC à la mobilisation de 1914 comportent les informations relatives à la tenue des GVC, l'examen de ces documents, pour les régions militaires pour lesquelles ils sont disponibles, permettent d'attester de façon certaine la tenue prévue pour les GVC de chaque poste à la mobilisation générale de 1914 ;
  • témoignages divers évoquant les tenues initiales des GVC à la mobilisation générale ;
  • examen des photographies, sources de premier choix, témoins visuels des réalités de terrain confirmant ou infirmant les consignes officielles prévues par les textes évoqués ci-dessus, leur usage pour déduire les tenues des GVC à la mobilisation reste toutefois un exercice difficile soumis à plusieurs réserves et précautions :
□  Les photographies doivent êtres datées au plus près de la mobilisation des GVC ; l'ordre de convocation2 des GVC date du 31 juillet 1914, donc certains d'entre eux sont en place dès le 1er août ; en effet l'examen des photographies datées au plus près de la mobilisation permet de visualiser les tenues des GVC effectivement portées par ceux-ci à la mobilisation, elles sont en général assez fidèles à celles prévues par les textes évoqués ci-dessus, en revanche l'on constate que ces tenues évoluent très rapidement pour les GVC, particulièrement pour ceux en bourgerons à la mobilisation, avec des modifications de tenues constatées souvent dès septembre 1914, parfois même avant la fin août 1914, plus une photographie est datée à une date éloignée de début août 1914, moins il y a de chances qu'elle représente fidèlement les tenues réellement portées par les GVC à la mobilisation.

□   Les régions littorales présentent une difficulté supplémentaire, car en présence d'un groupe de gardes portant des brassards du type de celui des GVC et l'uniforme de l'infanterie, il restera à résoudre la question de savoir si ces hommes sont des gardes des points importants du littoral normalement tous dotés de l'uniforme de l'infanterie, ou bien des GVC dotés de cet uniforme seulement dans les régions désignées par le Ministre.

□   Les cas de présence du bourgeron parmi les tenues de GVC photographiés, même à date tardive, a été analysé comme une forte présomption de port du bourgeron au moment de la mobilisation par les GVC de la région concernée, en effet le bourgeron, peu adapté aux intempéries, aux rigueurs de l'hiver, ou même simplement à la fraîcheur de la nuit, a une forte tendance à disparaître au fil du temps pour quasiment ne plus être visible sur les photographies de GVC dès 1916.

    La carte est suivie d'un tableau, détaillant région par région, les éléments qui ont permi de déterminer le type de tenue des GVC dans chaque zone, elle sera complétée de futures précisions ou corrections, au vu d'éléments d'information dont je pourrai avoir connaissance ultérieurement.

    Les silhouettes utilisées en illustration des tenues sont les mêmes que dans les descriptions des textes ci-dessus :

GVC des régions désignées par le Ministre
dont celles exposées aux incursions de l'ennemi
GVC des autres régions 

Garde des points importants du littoral
 




fond de carte :
CARTE DE LA FRANCE MILITAIRE

publiée en page 21 de l'ouvrage

GEOGRAPHIE - ATLAS
DU COURS MOYEN

Textes cartes et devoirs, par une réunion de professeurs

édition de 1914
éditeur : A. MAME et FILS de Tours

 

Table des sources

Rég. = numéro de Région militaire (correspond à la zone de recrutement du corps d'armée portant le même numéro)
PIL = garde des points importants du littoral
Subdivision = chefs-lieux des subdivisions militaires au sein de la région
Sources = référence d'archive ou témoignage
Photographies = cliquez sur la photographie pour visualiser l'article dans lequel elle est publiée avec son commentaire


Rég. 
PIL
Subdivision
Sources
Photographies
GMP




Gouvernement Militaire de Paris


à confirmer
de nombreuses photographies de GVC de cette région en 1914 les montrent en bourgerons, il reste toutefois à confirmer si cette tenue est généralisée dans toute la zone du GMP à la mobilisation, ou non
I





Lille
Valenciennes
Cambrai
Avesnes
Arras
Béthune
Saint-Omer
Dunkerque


à confirmer
je ne dispose ni de documentation ni de photographie de GVC proche daoût 1914 pour cette région, le caractère frontalier de cette région avec la Belgique me fait pencher pour des GVC en tenue de l'infanterie, mais ce n'est à ce stade que pure supposition à confirmer...
II





Mézières
Saint-Quentin
Beauvais
Amiens
Péronne
Abbeville
Laon


à confirmer
Supposition calquée sur la situation de la VIème région située juste au sud de cette IIème région pour laquelle les GVC sont certainement en tenue de l'infanterie dans la partie est, avec vraissemblablement, selon une ligne de partage à préciser, des GVC en bourgerons dans la partie ouest voisine de la IIIème région et au nord du GMP
III





Bernay
Evreux
Falaise
Lisieux
Rouen-Nord
Rouen-Sud
Caen
Le Havre
plans d'organisation du SGVC à la mobilisation (SHD)3

IV



Laval
Mayenne
Mamers
Le Mans
Dreux
Chartres
Alençon
Argentan


V



Sens
Fontainebleau
Melun
Coulommiers
Auxerre
Montargis
Blois
Orléans



VI



Reims
Châlons-sur-Marne
Verdun
Soissons
Compiègne
Les GVC ne semblent en bourgerons que dans la subdivision de Compiègne, en tenue de l'infanterie dans les autres subdivisions


VII



Belfort
Vesoul
Lons-le-Saunier
Besançon
Bourg
Belley


VIII



Auxonne
Dijon
Châlon-sur-Saône
Mâcon
Cosne
Bourges
Autun
Nevers
Témoignage du lieutenant Besset dans "Souvenirs d'un GVC" 4

IX



Châteauroux
Le Blanc
Parthenay
Poitiers
Châtellerault
Tours
Anger
Cholet


X





Guingamp
Saint-Brieuc
Rennes
Vitré
Cherbourg
Saint-Malo
Granville
Saint-Lô





sera complété au fur et à mesure de la publication de photographies de cette région dans de futurs articles
XI





Nantes
Ancenis
La-Roche-sur-Yon
Fontenay-le-Comte
Vannes
Quimper
Brest
Lorient





sera complété au fur et à mesure de la publication de photographies de cette région dans de futurs articles
XII



Limoges
Magnac-Laval
Guéret
Tulle
Périgueux
Angoulême
Brives
Bergerac



sera complété au fur et à mesure de la publication de photographies de cette région dans de futurs articles
XIII



Riom
Montluçon
Clermont-Ferrand
Aurillac
Le Puy
Saint-Etienne
Montbrison
Roanne





sera complété au fur et à mesure de la publication de photographies de cette région dans de futurs articles
XIV



Grenoble
Bourgoin
Annecy
Chambéry
Vienne
Romans
Montélimar
Gap





sera complété au fur et à mesure de la publication de photographies de cette région dans de futurs articles
XV





Digne
Nice
Toulon
Marseille
Nîmes
Avignon
Privas
Pont-Saint-Esprit
Ajaccio


XVI





Béziers
Montpellier
Mende
Rodez
Narbonne
Perpignan
Carcassonne
Albi


XVII



Agen
Marmande
Cahors
Montauban
Toulouse
Foix
Mirande
Saint-Gaudens



sera complété au fur et à mesure de la publication de photographies de cette région dans de futurs articles
XVIII





Saintes
La Rochelle
Libourne
Bordeaux
Mont-de-Marsan
Bayonne
Pau
Tarbes





sera complété au fur et à mesure de la publication de photographies de cette région dans de futurs articles
XX



Nancy
Toul
Neufchâteau
Troyes


XXI



Epinal
Langres





_________________________________________________________________________________________________

Notes
1.     "Instruction générale sur le service de garde des voies de communication" - Ministère de la Guerre - 18 octobre 1910 - Imprimerie Nationale.
Transcription complète réalisée par Arnaud Carobbi disponible sur son site "LE PARCOURS DU COMBATTANT DE LA GUERRE 1914-1918"
accessible ici
exemplaires originaux disponibles :
    • Service historique de la défense - Vincennes - cote 16 N 2810 - consultation sur place sur réservation de cote préalable.
    • Archives départementales de la Sarthe - Le Mans - AD72 cote  1R825 . Service des GVC.  Relevé de cote par Arnaud Carobbi.
2.     Voir l'article LA MOBILISATION DES GVC

3.
  Archives du service historique de la défense (SHD) - Vincennes  - consultation sur place sur réservation de cote préalable.
    Plans d'organisation du service de garde des voies de communications à la mobilisation générale :


4.     Voir la transcription complète de "SOUVENIRS D'UN G.V.C."

       En première page de préface, son témoignage confirme le port du bourgeron par tous les GVC de sa section qui dépend de la subdivision militaire d'Auxonne :
                                                     
     Pendant des mois, pendant l'été, pendant l'hiver, le G.V.C. vivra en communauté, dans des postes installés à la hâte, quelquefois sous la tente au milieu des forêts, affrontant toutes les intempéries avec un bourgeron et un pantalon de toile qu'il doit à la libéralité du corps dont il fait partie. Quand l'hiver sera passé il touchera des effets plus chauds.





Si vous avez des remarques, suggestions, impressions, commentaires, envie de contributions, questions ?
n'hésitez pas à en faire part à l'auteur à l'adresse  gvc1418@gmail.com